Au Mexique

Publié le par Gaspard Fenicottero

Au Mexique, il est dificile de chercher de la nourriture pendant plus de dix minutes. Les restaurants et les cantinas sont partout, et lorsqu'elles disparaissent, les ambulentes, vendeurs de tacos et tamales ( farine de maïs fourré à la viande et cuite dans une feuille de bananier ) prennent le relais.

Après trois semaines dans ce pays haut en gastronomie, je suis toujours  incapable de déterminer l'heure à laquelle les mexicains mangent . Pour un français élevé aux trois repas par jour et aux visages fermés des restaurateurs après 13h30, le Mexique est un mystère. On sert le desayuno toute la journée, et les cantinas  ne désemplissent pas du matin au soir. Sans oublier l'omniprésence del rey Coca Cola, que l'on boit toute la journée, et qui va même jusqu'à "offrire" des bars libres d'accès avec écrans géants et distributeurs de sodas ou encore payer l'installations de mobilier urbain dans la capitale du pays. Ils n'ont en revanche rien à voir avec l'évident problème d'obésité de la population...

Parce qu'ici, les USA sont partout: sirènes et uniformes de police, camions monstrueux et pick-up titanesques, Burger King, MacDo, Domino's et grandes lignes oranges sur le goudron noir des routes federales, dont les panneaux sont parfois la copie conforme de ceux de la légendaire Road 66.

Au Mexique, on sait voyager de nuit, et les sièges inclinables et larges des bus de nuit contrastent radicalement avec les longues et pénibles nuits passées en Inde, les jambes pliées et le cerveau retourné par les vibrations des nightbus. Pourtant, ici, un voyageur imprudent et mal informé pourrait vite voire sa nuit se changer en cauchemard s'il n'a pas pris soin de troquer ses tongs et son short des Caraibes pour des chaussures fermées et une laine polaire pour faire face aux climatisations de bus. Un petit 15 degrés en interieur, 30 degrés dehors, moite et lourd d'un côté, sec et glacial de l'autre.Comme leurs cousins préférés du Nord, les méxicains raffolent de l'aire climatisado, et il est maintenant devenu normal que l'on puisse acheter une couverture dans toutes les stations de bus longue distance.

Heureusement, les levers de soleil sur les routes tortueuses du Chiapas réchauffe le coeur du voyageur surgelé.

 

 

 

 

 

 

Au Mexique

Publié dans Récit de Voyage

Commenter cet article