Des cocotiers en Suisse

Publié le par Gaspard Fenicottero

On monte pendant deux heures au milieu de la jungle, où le sol et les falaises transpirent de vie.

Nous avons passé trente six heures à l'abris d'une pluie diluvienne, qui selon mon petit doigt et mes piètres notions de biologie, est certainement liée à la prolifération végétale qui nous encercle durant la montée boueuse.

Nous sommes cinq et demi à marcher: Jonathan, Rebecca, Pierrick et nous même. Quant à Eliot, il a la chance de peser douze kilos, et de tenir dans un sac à dos. Moi aussi je voudrais qu'on me porte, mais Jonathan refuse de collaborer. Ça doit être son côté suisse.

Le chemin nous guide jusqu'à une petite maison accrochée à la montagne, mais les gens qui vivent là n'ont pas jeté la clef de leurs comptes en banques. Cinq mille pesos contre le droit de regarder les colibris de la forêt et de boire un café trop clair. Dix minutes plus tard, nous repartons et reprenons notre ascension, toujours à travers une forêt dense pour rejoindre la crête.



Et c'est là que la végétation change.

La vallée de Cocora, à une douzaine de kilomètres de Salento est connue pour ses palmiers pouvant mesurer jusqu'à huitante mètres, comme diraient nos copains de Suisse romande.

Pas à pas, nous avons traversé la frontière suisse, et nous marchons maintenant en plein alpage.

Seul détail qui cloche, (à part celle au cou des vaches) à près de trois milles mètres d'altitude, tout est vert, et les vaches laitières broutent paisiblement au milieu des plus grands palmiers du monde. Nous observons cette scène absurde en silence, et je ne peux m'empêcher de me demander si les vaches produisent du lait de coco.

Des cocotiers en Suisse

Publié dans Récit de Voyage

Commenter cet article

François J. 13/02/2015 16:07

Enfin, je lis ce passage, il était temps. Toujours aussi plaisant de te lire. Je te fais signe bientôt Gaspard!
François J.